Douleurs articulaires et naturopathie : quelles stratégies ?

genou arthrose douleur articulaire

Arthrose, arthrite, rhumatismes…. Quand les articulations font souffrir, la gêne ressentie impacte sérieusement la qualité de vie. Ce problème représente d’ailleurs un motif fréquent de consultation médicale et laisse parfois impuissants les patients par absence de solutions curatives. Mais, en complément de la médecine classique, des remèdes de santé naturelle existent. Comment se conjuguent douleurs articulaires et naturopathie ? Quelles plantes conseiller pour soutenir les articulations ? Quelle hygiène de vie adopter au quotidien ? Réponses détaillées dans cet article, enrichies de mon expérience de naturopathe.

Comprendre les problèmes articulaires 

Origine des douleurs

L’arthrose est la cause la plus fréquente des douleurs articulaires (on parle aussi de rhumatismes) et ne concerne d’ailleurs pas seulement les personnes âgées : 10 millions de Français seraient touchés selon l’INSERM et 65 % ont plus de 65 ans. Elle affecte une ou plusieurs articulations : genou, hanche, rachis, mains… Elle est due au vieillissement des cartilages, ce tissu à la jonction des os, dont l’un des rôles vise à absorber les chocs. Plusieurs motifs favorisent leur survenue ; l’âge, l’excès de sport, les traumatismes, le mode de vie (en particulier l’alimentation délétère), le surpoids, l’obésité… Alors que l’arthrose découle d’une usure mécanique, l’arthrite est une inflammation des articulations. Celle-ci peut être aiguë et disparaître une fois traitée, mais peut devenir chronique. Les douleurs articulaires se retrouvent aussi dans d’autres affections plus lourdes telles que la polyarthrite rhumatoïde, la spondylarthrite ou la goutte.

En cas d’arthrose, les chondrocytes (cellules qui assurent l’équilibre et l’intégrité du cartilage) ne fonctionnent plus normalement et détruisent le cartilage de manière incontrôlée. Lors des épisodes d’inflammation, elles génèrent des cytokines inflammatoires dans l’articulation, qui peuvent s’étendre à d’autres endroits comme les os ou les tendons.

S’agissant de la douleur, le symptôme principal, il existe des nuances dans leur expression :

  • en cas d’arthrose : l’articulation est froide. La douleur est mécanique, se réveille au lever et se réactive par l’effort et le mouvement, mais pour les formes sévères, elle peut devenir inflammatoire et se ressentir jour et nuit ;
  • pour l’arthrite, les articulations sont chaudes et rouges et douloureuses toute la journée.

Comment soulager ?

Ce type de problèmes nécessite une consultation chez le médecin et un suivi en raison de leur impact sur la qualité de vie. La médecine allopathique prescrit des antalgiques et des anti-inflammatoires non-stéroïdiens. Si ces traitements ne sont pas suffisamment efficaces, des injections de corticoïdes dans l’articulation sont réalisées, pour un effet apaisant de plusieurs semaines (elles ne peuvent pas se renouveler indéfiniment). Elles donnent de bons résultats en cas d’arthrose du genou par exemple. Le kinésithérapeute peut intervenir également en travaillant la flexibilité articulaire. À un stade très avancé, la chirurgie représente le dernier recours via la pose d’une prothèse.

Les médicaments ont leur utilité et soulagent les patients, mais ne sont pas sans effets secondaires potentiels, notamment au niveau du foie et de l’estomac. Il est donc préférable de ne pas en consommer trop longtemps. Les corticoïdes représentent une arme puissante contre l’inflammation et améliorent le quotidien des malades ; néanmoins, ils ne sont pas neutres non plus pour l’organisme à long terme.

Pour résumer, du point de vue allopathique, l’arthrose se traite surtout par des thérapeutiques qui réduisent douleur et inflammation, mais ne répond à aucun traitement curatif qui permettrait de régénérer le cartilage.

La démarche du naturopathe 

Les douleurs articulaires selon la naturopathie s’appréhendent en s’intéressant à l’hygiène de vie globale.  

Pour cela, lors de la première consultation, le naturopathe débute par l’anamnèse, un questionnaire visant à connaître les antécédents de son client, ses habitudes alimentaires, son style de vie, son environnement, son état de stress, le fonctionnement des différents systèmes corporels. A cela s’ajoute un bilan de vitalité qui évalue le niveau de réserves vitales et les prédispositions de terrain de la personne, des indications utiles pour affiner le contenu du programme qui lui sera remis.  

Le naturopathe ne guérit pas ; il identifie les facteurs qui ont conduit à de tels troubles dans le but de proposer des remèdes naturels pour assainir le terrain et retrouver le chemin du mieux-être. La naturopathie ne résout rien seule ; elle dépend avant tout de la volonté et de la persévérance de chacun pour récolter les fruits. Corriger des déséquilibres prend du temps également. De mon expérience, quand les personnes arrivent chez le naturopathe, elles sont déterminées à tester des solutions complémentaires et préparées à la perspective d’un changement complet de façon de vivre.  

Douleurs articulaires et naturopathie : quelles approches possibles ?   

1. Une alimentation la plus saine possible

Sans surprise, les articulations ont besoin de bons nutriments, ce qui passe par une alimentation antioxydante et anti-inflammatoire, autrement dit des fruits et surtout des légumes (crus et cuits), et de bonnes graisses, et tout particulièrement les oméga-3 aux propriétés antiinflammatoires reconnues. Ils sont présents dans les poissons gras (maquereaux, sardines, harengs…), certaines huiles végétales (colza, cameline, lin…) et les oléagineux (amandes, noix de Grenoble, noisettes…). Ces acides gras insaturés fournis par l’alimentation sont essentiels, car l’organisme ne sait pas les synthétiser ; des cures de compléments alimentaires peuvent être également proposées.

À supprimer ou réduire au maximum : les aliments pro-inflammatoires, c’est-à-dire le gluten, tous les produits laitiers (y compris de brebis et chèvre), les aliments ultra-transformés, les sucres raffinés.

S’hydrater beaucoup : l’eau est importante pour l’équilibre global et le cartilage en est constitué. Quand le corps est déshydraté, il cherche toutes les sources possibles d’eau et puise dans les tissus non vitaux comme le cartilage. Concernant les douleurs articulaires, la naturopathie insiste sur l’importance de boire, entre 1 et 1,5 litre d’eau pure par jour, car l’enjeu est bel et bien de lubrifier les articulations le plus possible.

alimentation saine avocat légumes verts fruits fraises

2. La reminéralisation du corps pour des articulations plus solides

Il n‘est pas rare qu’une personne souffrant de problèmes articulaires soit déminéralisée. Cet état provient d’un excès d’acidité des tissus conduisant à l’acidose, entretenu notamment par l’alimentation acidifiante, le stress, une oxygénation insuffisante ou encore une faiblesse rénale. Dans un environnement acidifié, l’organisme n’a d’autres choix que de trouver des sources basiques pour maintenir son pH constant ; pour cela, il se sert dans les réserves de substances minérales alcalines présentes dans les os, les cartilages, les ongles, les dents, etc. Ce terrain favorise l’arthrose après des années de pillage des réserves basiques. Aussi, les douleurs articulaires pour la naturopathie ne peuvent s’envisager sans la correction du déséquilibre acido-basique, l’objectif étant de renforcer les éléments basiques pour neutraliser les acides et reminéraliser les tissus.

Si vous souffrez d’un déséquilibre acido-basique, voici quelques signes qui doivent vous interpeller : ongles fragiles, cheveux ternes, gingivites, frilosité, baisse d’énergie, peau sèche, inflammation à répétition, extrémités froides…  

L’alimentation alcalinisante se compose surtout de nutriments riches en potassium, magnésium et calcium que vous retrouverez dans les fruits, tous les légumes, certains féculents (pomme de terre, patate douce), les épices et aromates.

L’alimentation acidifiante recoupe celle inflammatoire et comprend en plus une source majeure de déchets acides, les protéines (surtout la viande rouge). L’objectif est de réguler leur consommation et pas de les supprimer, car elles sont indispensables (et facilitent en plus la fixation des minéraux).

Souvenez-vous que les fromages sont les plus grands adversaires des articulations douloureuses, car ils sont très acidifiants. Leur éviction complète demande souvent un énorme effort ; mais elle est absolument prioritaire.

En consultation, je me réfère à des référentiels, notamment les deux grandes constitutions naturopathiques : sanguino-pléthorique et neuro-arthritique. C’est surtout la seconde qui nous intéresse ici, car elle est sujette au risque articulaire comme son nom l’indique. Il s’agit de personnes longilignes, émotives, sensibles, plutôt introverties, nerveuses et plus facilement stressées. L’hyperactivité du système nerveux les rend fragiles face à l’acidose et la déminéralisation et donc à une moins bonne santé des articulations. C’est une observation que je peux faire en séance et qui peut venir confirmer des zones de faiblesse repérées lors de l’anamnèse. J’y accorde une importance surtout quand la nervosité est très marquée. Il y a des profils neuro-arthritiques qui sont à risque d’acidose, sans pour autant développer des symptômes prononcés.

Douleurs articulaires : la naturopathie s’appuie sur deux super-plantes reminéralisantes

Grâce aux ressources de la nature, nous avons accès à un large choix de plantes. Pour reminéraliser le corps, citons par exemple :

-l’ortie réputée pour agir sur le confort articulaire. En plus de ses vertus reminéralisantes, elle est détoxifiante, anti-inflammatoire, diurétique et anti-allergique.

-La prêle des champs est également une plante très efficace pour reminéraliser et favoriser la mobilité articulaire. Elle est diurétique ce qui stimule l’activité rénale et nettoie les cartilages. Son super pouvoir provient de sa richesse en silice, une substance précieuse pour stimuler la production du collagène (qui compose les chondrocytes).

3.Une activité physique régulière, un remède indispensable

Les douleurs articulaires en naturopathie s’abordent nécessairement par l’exercice physique. En dépit des gênes ressenties dans le corps, il est capital de rester en mouvement pour protéger le plus possible les articulations. La sédentarité est complètement déconseillée. Les activités douces sont privilégiées comme la marche, la natation, le Qi gong, le yoga, la gymnastique, à adapter au type d’arthrose. L’activité doit être régulière et quotidienne ; si vous manquez de temps, une marche d’au moins 30 minutes par jour est un bon compromis. Les chocs et les mouvements répétitifs sont à éviter.

L’exercice physique est bénéfique à plusieurs titres :

· il aide à réguler le poids (ce qui est primordial en cas d’arthrose) ;

· il renforce la musculature ;

· il favorise l’apport d’oxygène et de nutriments, favorable à de meilleurs échanges cellulaires au niveau des articulations et leur environnement proche ;

· il entretient la fabrication du liquide synovial, qui nourrit les chondrocytes et entretient la mobilité articulaire ;

· il permet d’évacuer les toxines, via notamment la respiration et la transpiration.

4.Le moins de stress possible

Le stress n’est pas idéal pour la santé et devient délétère quand il est permanent. Il engendre de l’inflammation qui libère des cytokines inflammatoires, se déplaçant dans le corps et atteignant notamment les tissus musculaires et espaces articulaires ce qui peut majorer la sensation de douleur. De plus, le stress nuit à l’équilibre acido-basique et aggrave un terrain déjà fragilisé. S’agissant des douleurs articulaires, la naturopathie est particulièrement attentive aux tensions nerveuses, invitant les personnes concernées à limiter les sources de stress. De nombreuses méthodes existent pour cela : sophrologie, méditation, techniques respiratoires, rituels de bien-être, activités sportives, loisirs, sylvothérapie… Vu le monde dans lequel nous vivons, il est difficile d’annuler toute situation de stress ; l’important est de s’en extraire en s’accordant régulièrement des temps de repos et de pause (et si possible loin des écrans).

Dans ce domaine, les plantes nous offrent leurs précieux pouvoirs : la valériane, la passiflore, l’aubépine ou encore des plantes adaptogènes comme la rhodolia ou l’ashwagandha sont très utiles pour calmer le mental et limiter la fatigue nerveuse. À personnaliser, car l’usage des plantes médicinales n’est pas sans risques.

5. Le coup de pouce des chondoprotecteurs

La chondroïne sulfate est une molécule présente dans les tissus conjonctifs et représente l’un des composants essentiels du cartilage, tout comme la glucosamine qui contribue également à son intégrité et stimule les fonctions du liquide synovial.

Ces deux molécules, associées dans un complément alimentaire, soulagent les inflammations articulaires, limitent l’évolution de l’arthrose et apaisent les douleurs. Y est souvent intégré le méthylsulfonylméthane (MSM), un composé soufré qui soutient la production de collagène et de kératine, autres constituants du cartilage.

Enfin, les douleurs articulaires en naturopathie ne peuvent se traiter sans se référer à deux plantes anti-inflammatoires très utilisées, l’harpagophytum et le curcuma (que l’on retrouve souvent associés aux chondoprotecteurs dans les suppléments). Attention à leur utilisation car elles sont dotées de spécificités et de contre-indications. Le naturopathe saura conseiller celle qui vous convient.

Pour conclure, la méthode naturelle proposée n’est pas miraculeuse, mais décline des actions variées qui fructifieront sur le long terme et c’est en cela qu’elle relève aussi du défi personnel. Derrière les problèmes articulaires, il y a un corps qui s’exprime et invite à prendre soin de soi ; il faut se mettre dans cet état intérieur et s’engager dans la durée. La priorité est sans aucun doute la réforme complète de l’alimentation. Si vous souhaitez disposer d’un protocole précis, faites-vous accompagner pour obtenir des conseils individualisés et une feuille de route rassurante !

NB : les recommandations détaillées ici n’ont pas vocation à remplacer une consultation ni un diagnostic par un médecin.

2 réflexions sur “Douleurs articulaires et naturopathie : quelles stratégies ?”

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Retour en haut
Aller au contenu principal